NON AU 

HARCÈLEMENT SEXUEL

SCOLAIRE

CE  NE DOIT PAS ETRE TABOU

POURQUOI

Vous avez été touché de près ou de loin par le" harcèlement sexuel" ou l'agression sexuelle en milieu scolaire, que vous soyez jeune, fille ou garçon, parent ou témoins. Ce blog vous permet de vous libérer. N'ayez pas peur, la parole est libérateur.

 

Harcélement sexuel: le harcélement sexuel se caractérise par le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui : portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, ou créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.

 

Agression sexuelle: une agression sexuelle est un geste à caractère sexuel, avec ou sans contact physique, commis par un individu sans le consentement de la personne visée ou, par une manipulation affective ou par chantage. Il s'agit d'un acte visant à assujettir une autre personne à ses propres désirs par un abus de pouvoir, par l'utilisation de la force ou de la contrainte, ou sous la menace implicite ou explicite. Une agression sexuelle porte atteinte aux droits fondamentaux, notamment à l'intégrité physique et psychologique, et à la sécurité de la personne.

COMMENT

Incompris et culpabilisant, l'harcèlement sexuel en milieu scolaire détruit l agressée. Nous souhaitons apporter une force aux victimes. Comment? En vous permettant de libérer votre parole par votre témoignage. Mais surtout d'entendre cette parole et de vous aider dans votre cicatrisation: considération, reconnaissance, sollicitude, solidarité et soutien sont les piliers pour se reconstruire.

N'IMPORTE QUI PEUT SE RETROUVER VISÉ

 

 

POEME

A vous petites ou grandes victimes du harcèlement.

Vous qui avez eu petits ou grands mots.

Vous qui avez reçu petits ou violents gestes.

Un jour, vos yeux coulés de larmes.

Et puis c'était tellement fort, c'est votre coeur qui s'est mis à pleurer.

Votre regard c'est éteint.

Mais un jour, l'amour que l'on vous donne, les mains que l'on vous tend, votre parole que l'on écoute.

Vous séchez vos larmes, vous vous levez et vous parlez.

Nous sommes tous avec vous.

Nous vous comprenons, nous vous respectons.

On essaye de vous tendre la main.

Vous aviez l'impression d'être plus rien

Mais non, vous êtes formidables

Votre combat est notre combat

Essayons de changer le monde

Le monde du harcélement

Respect à vous petits ou grandes victimes.

 

C'EST GRAVE PARCE QUE L'ÉLÈVE VICTIME A DU MAL À SE DÉFENDRE

Agir contre le harcèlement sexuel scolaire

 

STOP

nous

LES ÉLÈVES TÉMOINS JOUENT UN RÔLE ESSENTIEL.

N'AYEZ PLUS PEUR PARLER

NON

TOUT LE MONDE PEUT TENDRE LA MAIN À UNE VICTIME DE HARCÉLEMENT

suivez nous sur Twitter et Facebook sur page

touchepasamafille

 

Je m'aperçois malheureusement que sur le sujet de l'égalité de la femme de son respect et surtout du harcèlement sexuel on  vie encore au moyen age tous reste à faire je m'aperçois aussi que des l'on prononce le mot sexuel dans harcèlement ce n'est plus un harcèlement et on remet en cause la victime en la salissant une deuxième fois. En tant que père d'une enfant victime de harcèlement sexuel le combat ne fait que commencer

Stop au harcèlement sexuel

Aucune vidéo n'a été insérée

5 TYPES DE HARCELEMENT A L ECOLE

5 types de harcèlement à l’école

25 janvier 2017 dans Curiosités649 Partagés

Le harcèlement à l’école, également connu sous le nom de bullying, s’est malheureusement fait une place immense dans les écoles et lycées. Des lieux où les plus jeunes se vantent de maltraiter ce-tte camarade de classe aussi peu sûr-e de lui/d’elle, qui a de l’acné sur le visage et qui n’est certainement pas le-a plus beau/belle de la classe. Un type de maltraitance qui n’est pas toujours physique.

Les causes du harcèlement à l’école sont diverses. Elles sont liées en majorité à la terrible insécurité, à la faible estime de soi ou aux expériences traumatiques que la victime a vécues durant son enfance et que, peut-être, elle continue à vivre.

 

« Un étudiant sur dix affirme avoir été victime de harcèlement à l’école. »

-Save the Children-


Cela entraîne également des formes de bullying très différentes. C’est pour cette raison que nous aborderons aujourd’hui certains types établis par le Centre National contre le Bullying (NCAB). Nous approfondirons chacun de ces types pour pouvoir mieux les comprendre.

1. Le bullying physique

C’est le type de harcèlement scolaire le plus visible, puisque l’agresseur-se utilise sa force physique pour terrifier sa victime. Avec des coups de pied, des gifles et d’autres types d’agressions physiques, l’agresseur-se essaye d’humilier et de soumettre la personne à qui sont adressés ces coups.

Il est important de mentionner que ce type de harcèlement à l’école se produit normalement en compagnie d’autres personnes, d’autres ami-e-s qui encouragent et incitent à frapper encore plus la personne qui se trouve en face d’elleux. Ainsi, l’agresseur-se se sent le plus fort-e, comme un-e chef-fe tout-e puissant-e.

Même si les attaques les plus violentes ne se font peut-être pas publiquement, il peut en revanche y avoir des manifestations de ce type plus “légères”. Un croche-pied, une bourrade, un coup de pied à la table où iel est assis-e, le vol de son cartable, peuvent être des signaux indiquant que l’on peut avoir affaire à un cas de harcèlement à l’école.

2. Le bullying verbal

Ce type de bullying est beaucoup plus récurrent, car il s’agit d’une maltraitance verbale que beaucoup qualifieraient de “trucs de gosses”. Le pire étant qu’il ne s’agit pas d’affaires d’enfants, puisque la personne à qui s’adressent les moqueries, les insultes, les mots dénigrants, finit par souffrir et voir son estime de soi minée.

 
 

Le bullying verbal peut aller des insultes aux menaces, en passant par des moqueries sur la condition sexuelle de la personne, sur ses traits physiques, sur une quelconque imperfection qu’elle aurait, sur un de ses tics, ou même sur sa couleur de peau ou son origine.


La réponse à « Pourquoi humilies-tu, insultes-tu et harcèles-tu cette personne dans ta classe ? » est habituellement « je ne sais pas » ou « c’était une blague ».


Au moment de l’adolescence, faire face à ce type de commentaires nous fait beaucoup plus de mal, car nous traversons une étape où notre sensibilité est à fleur de peau. C’est pour cela qu’il est très important de couper court à ce problème. Nombreuses sont les personnes ayant subi un bullying verbal qui ont du renforcer leur estime d’elles-mêmes et croire en elles-mêmes au prix de nombreux efforts.

3. Le bullying social

L’un des types de harcèlement à l’école les moins connus et, peut-être, le plus fréquent. Imaginons que nous voulons jouer à un match de football, mais que personne ne nous choisit dans son équipe ou que tous les enfants disent que tous les postes sont occupés par nos camarades de classe.

 

Nous pouvons aussi penser au moment où nous nous approchons de nos camarades et où ils commentent des photos d’une fête à laquelle nous n’avons pas été invité. D’une manière explicite, ils nous ont mis de côté, ils nous ont écarté de ce groupe dont nous pensions faire partie.

C’est une forme de bullying subtil, par laquelle nous ne comptons pas sur cette personne avec laquelle nous devons nous trouver en classe et faire les devoirs. On lui tourne le dos, on l’exclut. La douleur émotionnelle que peut causer ce type de harcèlement peut être très difficile à surmonter, car l’une de nos plus grandes peur est le rejet.

4. Le cyberbullying

Ce type de harcèlement à l’école a surgi avec les réseaux sociaux. Ceux-ci sont très importants chez les plus jeunes, qui n’hésitent pas à partager leur vécu, leurs sentiments les plus intimes et tout ce qu’iels aiment ou détestent.

Un exemple de cyberbullying peut être le fait de publier une photo et, tout à coup, qu’une série de personnes commencent à mettre des commentaires négatifs, comme par exemple, « tu devrais maigrir » ou « quelle horreur ! ». Tout cela fait ressentir de la honte à la personne qui a mis la photo, à cause de tous ces commentaires.


Jusqu’à 37 % des mineurs en Espagne souffrent de cyberharcèlement.


 Il existe aussi la possibilité d’avoir une photographie sur laquelle l’autre personne n’est pas bien ou fait quelque chose dont elle pourrait avoir honte, et de la menacer de la publier pour pouvoir la manipuler. Tout ceci se fait à travers des messages privés qui causent un mal-être terrible chez la personne harcelée.

5. Le bullying sexuel

Il est probable que vous n’ayez jamais entendu parler de ce type de harcèlement à l’école, peut-être parce qu’il se compose de conduites obscènes. Cela fait que de nombreuses personnes refusent d’accepter l’idée que des enfants ou adolescents fassent cela.

Parmi les conduites qui entrent dans le bullying sexuel, on retrouve les commentaires machistes, sexistes, ceux qui font référence à des parties du corps de l’autre personne. Mais, dans de nombreuses situations, on en arrive même à toucher la personne harcelée à des endroits intimes, sans qu’il y ait de consentement, la faisant se sentir humiliée.

Imaginons un enfant qui harcèle sexuellement une fille de sa classe. Il se peut qu’il l’oblige à l’embrasser constamment, à lui toucher l’entrejambe ou à voir certaines vidéos ou certains films avec un haut contenu érotique. Ceci peut la traumatiser et faire que dans le futur ses relations affectives et intimes soient pleines de problèmes.


« Je mentais à ma mère pour ne pas aller au collège car je savais qu’iels pourraient me frapper à l’entrée. »

-David, 12 ans-


Vous pensiez peut-être que le harcèlement scolaire ne se manifestait que d’une façon, mais la vérité est qu’il en existe différents types pour ne pas attirer l’attention des gens. De cette manière, personne à l’école ne se rendra compte que quelqu’un est maltraité.

Aujourd’hui, il existe beaucoup de centres qui doivent encore apprendre à gérer les cas de bullying et de harcèlement scolaire, puisqu’on n’arrive pas encore à trouver de bonnes solutions à cette situation. Une nouvelle récente nous faisait part de la situation de Diego, un garçon de 11 ans qui a laissé cette note avant de se suicider : « Je ne supporte pas d’aller au collège, et il n’y a pas d’autre moyen pour ne plus y aller ».